1. 2018 Viewbug Community Choice Award

             Mémoires

       d'un fils de nazis

 

Paraîtra en 2020

 

“Je suis né en 1937. Mon père, duquel je me souviens si peu, à part cette image où je le vois me prenant dans ses bras et me soulevant très haut dans les airs, est mort dans un accident de voiture quelques mois avant la déclaration de la guerre. Petit, il paraît que je ne cessais de le réclamer lorsqu’il était au travail, ma mère, elle, en était très fière, car il comptait parmi les hautes autorités du Parti, faisant de nous une famille respectée ...”

 

La première partie de ces ‘Mémoires’ est le texte de l’auteur le plus largement diffusé dans le monde. Il a paru dans des revues littéraires en français (l’Autre Journal, le Bulletin de la Fondation Auschwitz, Les Cahiers du Sens, etc.), en anglais, toujours dans sa propre version, aussi bien aux Etats-Unis, qu’au Canada, en Grande Bretagne et en Inde , réédité à plusieurs reprises, ainsi qu’en traduction italienne, allemande , grecque, turque et polonaise. En août 2014, ce même texte a été pré-sélectionné, sous le titre de 'Venitian Thresholds', par l'American Gem and Filmmakers Literary Festival.

 

 

I-SRAELI SYNDROME

 

Published by l'Aleph in November 2013

 

2009 BOOK AWARDS www.indieexcellence.com

Multicultural Fiction Finalist

 

http://www.l-aleph.com/

formerly

Shalom Tower Syndrome was also a Finalist in the "Fiction & Literature"category at 

The National Best Books 2007 Awards.

It was also released in 2008 in Italian by Edizioni Fabio Croce

The novel is set in Israel. Alexis, who grew up in Rwanda-Burundi, is the son of an Italian Jew and a beautiful mulatto woman. As a young adult, he now queries the complexity of his roots: African-European and Judeo-Christian (his mother was raised a Catholic). The author guides the reader through a progression of exciting and complicated episodes involving Alexis. With his American wife he will vacation in Israel, and that stay will be a turning point in his life. The past catches up with him, exploding with the images of one man's life kaleidoscope: the memories of his African years, colliding with the more recent images of Milan, the smells, the colors and the primeval beauty of the black continent, mingling with those of Italy, as well as with the violent feelings Israel stirs in him. In that dense and haunting atmosphere he will meet young Israelis, a Palestinian and a German professor, the nephew of a Nazi soldier who died during WWII. Will Alexis finally reconcile himself with the conflicting parts of his identity? Will he feel more African or more European; more Catholic or more Jewish; or will his new environment help him find peace within himself, in spite of the country’s current dangers? The ‘mystery’ will unravel in the last chapter of this largely autobiographical novel. ‘There is a type of novel whose aim, as Jonathan Swift wrote of his intention behind Gulliver's Travels, is to “vex the world rather than divert it.” If it's a good and true novel then it will inevitably also serve both as a vexatious testament and a diverting read. Such is Albert Russo's I-sraeli Syndrome.

I-sraeli Syndrome is very much a biography of the soul, and as much as that of any latter-day Harry Haller, and Russo seems to have dredged in its pages the depths of his own being in order to have written it.’ 

                          David Alexander                              

.  

Excerpt from James Baldwin's letter to the author, penned the year of his death: “I like your work very much indeed. It has a very gentle surface and a savage under-tow. You're a dangerous man.”

See the author's own French version entitled LA TOUR SHALOM, published by Editions Hors Commerce in 2005 . SHALOM TOWER SYNDROME was also published in Italian in 2008 by Libreria Edizioni Croce

Albert RUSSO

in Montauk, Long Island, New York

 

 

Sang mêlé

Le grand roman

d'Albert Russo

 

Ginkgo Editeur 

Diffusion/distribution CDE/Sodis

 

http://recherche.fnac.com/

ia119638/Albert-Russo

 

Editions France Loisirs

 

Some of my photos were exhibited at the

Museum of Photography in Lausanne, Switzerland, in Times Square (NYC), at the Louvre Museum, the Pierre Cardin Space, both in Paris, and in Venice

 

Quelques unes de mes photos ont été exposées au

Musée de l'Elysée à Lausanne, à Times Square, au Louvre, à l'espace Cardin à Paris et à Venise

 

 


 

 

THE BENEVOLENT AMERICAN

IN THE HEART OF DARKNESS

 

A trilogy of Albert Russo’s

 

award-winning

African novels set in

the former Belgian Congo

and Rwanda-Urundi

 

http://www2.xlibris.com

/bookstore/

bookdisplay.aspx?bookid=26766

 

XLibris - English

- Lettre de James Balwin à Albert Russo à propos de 'Sang Mêlé ':

 

“... J’aime votre écriture, car dans un style policé vous exprimez des sentiments violents, faisant éclater des vérités terrifiantes.”

 

- Voici ce que le grand écrivain contemporain, Edmund White, l'auteur de la magistrale biographie de Jean Genet et de romans à succès, dit de SANG MELE :

.

"Albert Russo a su recréer, à travers les joies et les angoisses d'un jeune métis congolais, les tensions de la vie moderne, qu'il s'agisse des relations entre noirs et blancs, entre le Tiers monde et nos sociétés technologiquement avancées, ou de la question toujours épineuse de l'homosexualité ...  SANG MELE est un roman que l'on ne lache pas, tel quel, il est envoûtant."

 

 

 

The Norwegian Public Schools have chosen Albert Russo's poem LOST IDENTITY for their students' (close to 2,000) final English examinations, before they can enter university.

 

LOST IDENTITY
 
tell me what to do
tell me where to go
am I losing my bearings?
why are you still
by my side?
I don’t recognize you anymore
I can’t remember
the good times
they seem to have dissolved
into a slipstream
give me your hand
I want to feel its pulse
I’m suddenly so cold inside
and terribly spare
because it is not you
I’ve become a stranger to
but myself 
 

 

City of lovers / of wonder

Parie la Grosse Pomme

Indie excellence finalist

 

Both books lauded by the Mayor of New York City

 

 

New York at heart

New York au coeur

 

Indie excellence finalist

 

 

 

Body glorious /

Corps à corps

 

Books And Authors 2008 WINNER

 

Indie excellence finalist

 

 

Photolaureate 2009

 

Ville d’Avray, France

Albert Russo

in his NYC apartment

 

in Montauk, Long Island,

            New York

 

 

 

 

 

 

Bruxelles au galop

Brussels Ride

 

 

 

 

All photos  and  English book covers are by /

 

Toutes les photos et couvertures de livres en anglais sont de /

 

ALBERT RUSSO

Featured Artist

INSPIRATION ARTBOOK

 

VIEWbug rockstar award

 

twilight in Venice

Svalbard, North Pole

 

and Peer awards

 

The ViewBug team has chosen one of your B&W images for inclusion in our Black & White Masterpieces photo contest! We thought your image was perfect. Your selected photo is:

http://www.viewbug.com/contests/b&w-masterpieces-photo-contest/28489091

VIEWBUG:

Rockstar award for tropical flowers in TLV

 

VIEWBUG Trendsetting:

  1.  Benoît

 

 

2. Singer Salit Fridman

and friend, Tel Aviv

 

  • TOP VIEWBUG PHOTO:
  • RAINBOW IN NORWAY'S FJORDS

 

 

   A L B ER T    R U S S O

 

 

     aging among the fish

 

  with Congolese friends

 

with the Director

of the philantropic  Sarvodaya

in Sri Lanka

 

      

receiving the British    Diversity Award in  London, United Kingdom

 

 

           at UNESCO

 with Director Mr M'Bow  and African friends

 

 

  acting in Paris theater

 

      

 

     with French actress                Suzanne Flon

 

 

     in Brugge, Belgium

 

 

in Milan, Italy

 

        Graduation

New York University

 

     in Berlin, Germany

 

     in Laeken, Belgium

 

presenting his first book  on television

 

 

in Palma de Mallorca,   Spain

 

jiving with his little  sister in Usumbura,  Ruanda-Urundi

 

with his beloved mother in front of lake Kivu, Eastern Congo

 

in Kobe, Japan

 

in Sion, Switzerland

 

with his cousin Reggie in  Rhodesia / Zimbabwe

 

      with his parents in

Cape Town, South Africa

  1. Best Israeli photographer

      35Awards - Moscow

 

Bryggen: Bergen, Norway

Halong Bay - Vietnam

 

Valencia sand art - Spain

REVIEWS & CONTRIBUTIONS

CRITIQUES & REVUES LITTERAIRES

Around the world / Autour du monde…

North America: Confrontation, Amelia, Cicada,The Linden Lane Review, Potpourri, Pearl Muse,  The Voyeur, Kindred Spirit,  Art/Life magazine, New Thought Journal, Negative Capability, O’zone, St. Cuthbert’s Treasury Annual, Manna, Poetry Northwest, Ally, The Third Eye, The Literary Review, Unveiling, Confluent Education Journal, Verve, Pandora, Frank,The Ecphorizer (a Mensa review), Eureka Literary Magazine, Seedcloud, A Writer’s Choice Literary Journal, Academic & Arts Press, Snow Summits in the Sun Anthology (The Cerulean Press), The Plowman, Légèreté Press, Skyline magazine, Phoenix, River King Poetry Supplement, The Poet, Zephyr, Unveiling, Philadelphia Poets, Quest Publications, Asylum, Postscriptum, Waves, Iliad Press, World News, A Different Drummer, Termino, The Poetry Conspiracy, The New England Anthology of Poetry ; The Review of Contemporary Fiction, Archaeology Impulse (Copyright University of Toronto, 2005), Books In Canada, Oasis magazine (Arizona, 2008).

Great Britain: Ambit, The Edinburgh Review, Passport, Interactions, Orbis, Lines Review, Chapman, Peninsular, Helicon, Reach, New Hope International, Passport, Psychopoetica, World Wide Writers, The European Journal of Psychology, Prospice, Envoi, Poetry Now, Presence, Time Haiku, The Haiku Quarterly, The Acorn Haiku Anthology, Still, Retort, Buzzwords, Sepia magazine, The Yeats Club, Prospice,  Stirred not shaken.

India: Poet, Quest, Chandrabhaga, Replica magazine, Wanderlust, Parnassus of World Poetry, International Poetry, The Still Horizon anthology, The Millenium Peace annual anthologies, The Taj Mahal Review / Cyberwit.net/

Sri Lanka: : The Island.

Japan: Printer Matter.

Australia: Dreams & Visions.

 

Africa: Okike (Chinua Achebe’s Review), Prize Africa (Zimbabwe), Papier blanc Encre noire (Kinshasa / Brussels), http://www.boloji.com/memoirs/104.htm - essay by Dr Amitabh Mitra (South Africa) on Albert Russo's African novels.

Continental Europe:

The International Herald Tribune (Paris), Cosmopolitan (Dutch edition), Playboy magazine (French edition), La Nef des Fous, Place aux Sens, L’Autre Journal, Labor, Libération, Poètes et Romanciers à la Bibliothèque Naguib Mahfouz, Les Cahiers du Sens, Odra (Poland), The Auschwitz Foundation Bulletin, Sivullinen, Stranger than Madness, Fremde Verse, Los Muestros, Plurilingual Europe. 

Albert Russo’s Poetry prizes and accolades include

in the US: An honorable mention in the 2000 Robert Penn Warren poetry contest and Editors’ choice in 2004, several Amelia (California), Pearl Muse  and New York Poetry Forum awards, Marguerette Cummins Broadside Award, Editors’ choice award at the National Library of Poetry, Southern California Poetry contest award, etc. His His large collection encompassing 30 years of poetry, The Crowded World of Solitude: Volume 2, was a Runner-up in the 2008 BEACH BOOK FESTIVAL  sponsored JM Northern Media of Hollywood, CA - Their properties include The DIY Convention: Do It Yourself in Film, Music & Books; The DIY Music Festival; The DIY Film Festival; The DIY Book Festival; The New York Book Festival; The Hollywood Book Festival; OFFtheCHARTS.com; The DIYReporter.com; BookFestivals.com; and this site.

in the UK: The Yeats Club Poetry Award of Merit, several Reach awards and honorable mentions, 2 Best Overseas Poetry awards from the annual AAS (Eileen & Albert Sanders) poetry competitions, Interactions Poetry Award (Jersey), 2003 Forward Press 100 Poets (selected from over 50,000 entries), etc. 

in India: the 2002 Millenium Michael Madhusudan Academy Award for Poetry (including a five-day invitation at their Calcutta venue), several poetry awards and honorable mentions from The Poet and Parnassus World Poetry, etc.

*Winner of the 2008 AZsacra International Poetry Award sponsored by the Taj Mahal Review, India - prize: 500 US$ -  http://cyberwit.net/

in Norway : He’s been invited as a featured poet at the International Literature Festival held in Oslo during three days in September 2008.

in Malaysia : He’s been invited as a featured poet at the Kuala Lumpur World Poetry Reading held in the country’s capital from the 3rd to the 8th November 2008.

He’s been a member of the jury of the Prix Européen for over 25 years (sitting on the panel with Ionesco until his death) and sat in 1996 on the panel of the prestigious Neustadt Prize for Literature, which often leads to the Nobel Prize.

Visit his literary websites, describing his 55-odd books of fiction and poetry in his two mother-tongues, English and French, which include 25 photobooks

www.albertrusso.eu  + www.authorsden.com/albertrusso

 

Comments on a variety of Albert Russo’s work:

 

JAMES BALDWIN: on Mixed Blood and other works. “l've read everything you sent me and l like your writing very much indeed. It has a very gentle surface and a savage undertow. You are saying something which no one particularly wants to hear and saying it, furthermore from a particularly intimidating point of view. You're a dangerous man.”

 

JOSEPH KESSEL (Académie Française): “... l was very touched by the tone of your two books.”

 

PIERRE EMMANUEL (Académie Française):. “... l want to tell you the pleasure l had upon reading those difficult, sensuous pages ... yet full of humor.” 

 

DOUGLAS PARMEE (Queens'College, Cambridge, GB): “... l was particularly impressed by the remarkable range shown in such a small space, and the extraordinary command of the language.” 

 

MICHEL DROIT (Académie Française): “ ... Much imagination, sensitivity and quality of style ... one really feels your Africa.” 

 

PAUL WILLEMS (Curator of the Brussels Museum of Fine Arts and Author): “From the onset l felt a new tone to which one cannot remain indifferent.” 

 

About "Eclats de malachite" ("Splinters of malachite") : 

 

GEORGES SION, in Le Soir:”The author is endowed with rich experiences, a vast knowledge of languages and strong emotions which influence his style ...” 

 

Jeune Afrique: “... Largely autobiographical, this work is written in the manner of an exorcism, it is engrossing and reveals a very real talent.”  Vie et Succès: “Nostalgia of childhood depicted by a great writer.”

 

Mwanga (Zaire) : "”.. a work of universal appeal ... the human message is the 'fetish' which vibrates in the author's book.” 

 

About  "La pointe du Diable" ("Devil’s Peak"):

 

ROBERT CORNEVIN in Culture française: “the author's sensitivity matches the quality of the descriptions.” 

 

Vie Ouvrière, Paris: “...His prose is that of a poet wounded by the claws of a ferocious society.”

 

Tribune juive: “In a very personal style, Russo denounces the shame of apartheid.  He speaks as a poet when describing the beauty of Africa.”

 

Concerning his apartheid novel  "Le Cap des illusions", Ed. du Griot, Paris:

 

- Mensuel littéraire et poétique, Brussels: "...his discreet lyrical style in this novel has the quality of certain classics, yet at times, the author is closer to poets like Dos Passos or Aimé Césaire. From this eminent polyglot such forays are not surprising.  But above all, this is South Africa depicted by someone who knows it intimately well.  And Albert Russo succeeds in giving us a lesson in ethnology with a verve few masters could possibly match."

 

- La Cité, Brussels: "... Prudence is raised as a poor white Afrikaner, but one day, the apartheid witch sneaks into her new school under the guise of a freckled classmate, then, brutally, the little girl will be wrenched from her roots and thrust amid the Colored community of District Six, compelled to share henceforth the fate of the underdog.  Here, the absurdity of apartheid is scanned by a writer whose style is the reflection of his soul, in which language and culture constantly crossfertilize.  And, ultimately, he leads us to believe in a Cape of hope.

 

about "Futureyes / Dans la nuit bleu-fauve", his bilingual poetry anthology,

Ed. Le Nouvel Athanor, Paris: 

 

- The French Review, USA: "...this esthetically superb bilingual volume reveals the poet's shadowy and wild inner climate in carefully incized subtle gradations.  Within these inner confines, Russo invites us to penetrate his densely imaged cosmic verse.  Russo is an unforgettable poet who, time and time again, compels the reader to that ever fertile, elusive, and mysterious land of the creative artist." 

 

This review was signed by Bettina Knapp who has authored more than 45 books

on literary criticism.

 

- Mensuel littéaire at poétique, Brussels: "... this whole volume is an 'Emergency call' (title of one of the poems) to lost   brother / & sisterhood.

 

ENGLISH

 

.

AUTHOR SPOTLIGHT  - Albert Russo

 

Whether it's setting the story in Senegal and Kenya, speaking of a wise child’s deceptively worldly innocence, or recreating through a young African boy’s joys and struggles of the tensions of modern life, author Albert Russo interlaces his stories around life’s general issues.

 

Albert speaks seven languages and loves to interact with people of different cultures and horizons. He has lived in three different continents, which opened his mind to the world's variety of cultures and ways of thinking. Albert abhors any type of violence and especially those incited by the so-called 'men of god' whose sole preoccupation is power, revenge and murder, in other words terrorism, which is the plague of our century.

 

Albert Russo is well-known for his excellent books. He released his first book in 1998 called Zapinette Video through Xlibris. We invite you to look at his more than 20 trade and picture books, including 'The benevolent American in the heart of darkness', 'The crowded world of solitude', volumes 1 (stories) and 2 (poetry), as well as his photo books, 'Mexicana', 'Sri Lanka' and 'Italia Nostra', among others.

 

He is a recipient of many awards, such as the American Society of Writers Fiction Award, The British Diversity Short Story Award, several New York Poetry Forum Awards, Amelia Prose and Poetry Awards and the Prix Colette, among others.

 

“I have many inspirations, from people like Moses, Jesus, Buddha, Einstein, Nelson Mandela, Mahatma Gandhi and Muhammad Yunus who helps thousands of poor people set up their own small businesses. People who build, give hope and love to their fellow humans, as opposed to those who just want to destroy innocent lives thinking they will become martyrs,” Albert says.

 

General introduction to Albert Russo’s work by Martin Tucker: 

 

Albert Russo’s art and life are all of a unique piece, and that piece is a plurality of cultures.  Born in what was then the Belgian Congo and now is Congo/Zaire, he grew up in Central and Southern Africa and writes in both English and French, his two ‘mother tongues’.  With his intense interest in African life, the young Russo also engaged with knowledge beyond narrow stratifications of colonial custom.  As a youth he left Africa for college in New York (where he attended New York University).  For many years he has been resident in Paris.

Wherever he has lived, Russo has concerned himself with one hard-burning commitment: to achieve an illumination of vision in his writing that suggests by the force of its light some direction for understanding of human behavior and action.  He draws on the many cultures he has been privileged to know, and he is always respectul of diversity.  But Russo is no mere reporter.  While he works with words, and while his work is concerned with place and the spirit of place, he is more interested in visitation than visits.  Almost every fiction Russo has written involves a visitation, a hearing from another world that reverberates into a dénouement and revolution of the protagonist’s present condition.  These visitations are of course a form of fabulism--that is, utilizing the fable as a subtext of the animal nature of man.  Russo’s fabulism however is not in the line of traditional mythology (perhaps mythologies is a better term, since Russo draws from a variety of folklore and consummate literary executions).  In one of his recent fictions, for example, he writes of a man who falls in love with a tree--his love is so ardent he wills himself into a tree in order to root out any foreignness in his love affair.  Thus, Russo’s “family tree”, the mating of woodland Adam and Eve, becomes in his creation not only a multicultural act but a cross-fertilization of the cultures he has drawn from.  In this personal fable Russo suggests the Greek myth of Pan love and even the Adamastor legend, that Titan who has turned cruelly into a rock out of unbridled passion for a goddess.  Russo suggests other legends as well, and certainly the crossing of boundaries, psychological, emotional as well as physical and territorial--hybrid phenomena now sweeping into the attention of all of Africa and the Middle East--is to be found within the feelingful contours of his tale.  Fabulism is now a recognized presence in our literary lives.  It goes by other names: magic realism is one of them.  Underneath all the manifestations of this phenomenon is the artistic credo that creation is larger than life, and that the progeny created enhances the life that gave being to it.  In sum, the artist is saying that life is larger than life if given the opportunity to be lived magnificently.  Russo’s is certainly a part of this willingness to experiment beyond the observable.  His fiction represents, in essence, a belief, in the endless perceivable possibilities of mind.  Its humor is at times dark, however, and perhaps this color of mood is a reflection of Russo’s background and biography.  For his art, while enlarging, is not showered with sun.  His dark hues are those of ironic vision. Russo may be said to be very much a part of the end of this century.  His concentration is on the inevitabilities of unknowingness;  thus his resort is to the superrational as a way of steadying himself in the darkness.  At the same time his work cannot be said to be tragic, for the unending endings of his fictions suggest a chance of progress, if not completion of one’s appointed task, worlds meet and become larger worlds in Russo’s work; people change within his hands.  It is a pleasure to pay homage to Russo’s achievement.

 

Critic and professor of English at C. W. Post of Long Island University, MARTIN TUCKER has published over twenty volumes of literary criticism, among them The Critical Temper, Modern Commonwealth Literature, and Modern British Literature (in Continuum's Library of Literary Criticism series).  He is the editor of the prize-winning literary journal Confrontation, and the author of Africa in Modern Literature and other works.  His poetry has been collected in Homes ot Locks and mysteries (1982), and appears in leading periodicals.  He is a member of the Executive Board of PEN American Center and has served on the Governing Board of Poetry Society of America.  He has also written a biography of Joseph Conrad and of Sam Shepard, both critically acclaimed.  He has also recently contributed to the Encyclopedia of American Literature (A Literary Guild Selection).

 

 

"ALBERT RUSSO: Poet as photographer / Photographer as poet".

Essay by Adam Donaldson Powell 

 published in the December 2007 issue of Taj Mahal Review, India

 

Of some fifty-five book publications to-date, eighteen of Russo’s books are photographic essays.  These titles include impressions from travels around the world, quirkiness and humour in human experience, studies of sculptures, autobiographical essays with photography as the medium, and more.  Had Russo not had such a passion for art and literature, he would surely have had a fine career as a photojournalist for commercial publishers of travel books, travel guides and travel magazines.  However, Russo’s inclination towards the artistic and social elements of human predicament and expression, coupled with his love of poetry, has resulted in a myriad of publications which effectively express poetic and literary curiosity through poetry’s modern-day “first cousin”: photography.  I use the word “curiosity” intentionally as Russo never forces his impressions upon us as an expression of “truth”, but rather guides us through his own personal experiences and thoughts through visual exposés.  Sometimes the progressive order of photographs in some of his books can seem somewhat illogical as Russo presents us with his own “connections” between impressions as he sees them as an artist – rather than grouping photographs in an order that an advertising executive or commercial travel book might choose.  This is Russo’s prerogative, his perspective .. and an important aspect of his own unique poetic expression. 

 

Some of his photography books are combinations of texts and pictures, and others are without texts.  The absence of titles is a bold artistic statement in itself, relying upon the strength and the progression of photographs themselves to tell the author’s/photographer’s personal story.  Personally, I prefer the books that consist of photographs alone as I do not always relate to the accompanying texts and find them sometimes to be as annoying as I find signatures on the front side of paintings (when the signatures not only do not add to the overall work of art, but actually detract from the viewing experience).  But this is a question of personal taste.  Having a background both within visual art and poetry, I – like Albert Russo – am capable of understanding the “poetry” in the photographic presentations without explanation or added literary decoration.  I think this is true for many (if not most) persons who enjoy photography books as works of art.

 

Russo’s photographic essays to-date include: “A poetic biography”, “Brussels ride”, “Chinese puzzle”, “City of lovers”, “Granada”, “En / in France”, “Israel at heart”, “Italia nostra”, “Mexicana”, “New York at heart”, “Pasión de España”, “Quirk”, “Rainbow nature”, “Saint-Malo”, “Sardinia”, “Sri Lanka”, and his newest: “Body glorious” and “Norway to Spitzberg” (both released in 2007).  These are almost exclusively full-colour photos .. a medium which Russo plays with combining childlike naiveté and curiosity for the unusual aspects of the “banal”, and exciting excursions into the nature and the planet’s overall cultural diversity, with a broad palette of professional techniques.  Russo goes to great pains to mix traditional images with their contemporary partners and counterparts, and to play with exposure, light, filters and clarity/non-clarity in order to exaggerate aspects of the culture and to communicate his own personal experiences and sensations.  I would like to see a photographic essay by Albert Russo, in which he translates his interactive communication between photographer/poet and subject to the medium of black and white photography.  I am certain that Russo would find even more exciting nuances and enigmatic photographic puzzles through the usage of light, shadows, layers of greyness etc.,  which would even further enhance his natural highly-effective ability to penetrate beyond picture-taking .. and far, far into the inner energy forms and thoughts of his photographic subjects/objects and their surrounding environment/conditions.

 

Perhaps the most unusual photographic essay is his “A Poetic Biography”, published in 2006.  The book is exactly what the title suggests: a collection of photographs of Russo, his family members and friends in various situations and environments, and  over a period of several decades.  Here Russo includes both photographs of people (colour and some black and white), photographs of letters and telefaxes, telegrams, articles on Russo as an author etc. – all without explanation or commentary.  In this way, Russo uses the classic “first person” style of prose-writing to create an almost surrealistic glimpse into the inner reaches of Russo’s personality, history, personal life, ambitions and self-identity.  The book leaves us with a yearning to discover that personal aspect which Russo has not commented on, but which most other artists and authors usually make no bones about proclaiming ad nauseam: namely, his dreams .. and what his life might have been like otherwise.

 

Another fun and beautiful photographic exposé is Russo’s latest book: “Norway to Spitzberg”.  I have previously reviewed this book and commented:

 

“Albert Russo's photographic essay illustrating a cruise ship voyage with the Costa Atlantica («La città ideale») along the coast of Norway, from the city of Bergen (birthplace of composer Edvard Grieg) to the top of the globe (Spitzberg) is fascinating not only because of his realizing the full circle of «post-post-realism» in modern photography, but also because Mr. Russo transforms the tourist «photo-stalker» experience into the creation of a professional visual compendium – combining dramatic and magnificent seascapes, fjordscapes and landscapes with the intimacy of still lifes, the humanity of people at work and play and in their quiet, alone moments, as well as the extremities of fauna, and indigenous peoples and their cultural expressions and living environments.  It is not difficult to understand that Mr. Russo is also an accomplished poet and a master of prose-writing. The stories he tells in this photographic essay are not a mere show of proficiency as regards each individual work of art, but rather a dance of images as vivid as an operatic performance – full of passion, drama, silences, humour and music.  Mr. Russo has employed a Canon digital Ixus 55 - 5.0 megapixels camera, with 3x optical zoom. His «eye» for discerning, and his talent for capturing the «photographic moment», the mastery of light and clarity vs. slight distortion etc. is a testament to his delicious sense of artistry as well as his empathy for the experience of being human.”

Out of curiosity, I took contact with Albert Russo to ask him to comment on his love for photography.  Here is his comment:

“In response to your question: I've always liked photography, from my adolescent years in Africa, actually I loved filming too and my 8mm or super 8mm films looked more like stills than films, people would complain telling me, oh god, five minutes on the same object, flower, trees, landscape, whatever, enough already!  Ever since my African days I've been taking photos with all kinds of cameras, from the standard Kodak box, to the famous German Minox, to the Fujica ST-605 (wonderful camera that accompanied me everywhere) - often using the Rexastar lens for close-ups (1:3.5 - f- 135mm), alternately with the smaller but very friendly Minolta 70W Riva zoom, and now with the Canon digital Ixus 55. I have probably forgotten a few other cameras I had.  Oh I used to take many colour slides in Africa (which I still have tucked somewhere and should think of printing the best).  Poetry and photography?  They are always closely related. A good picture tells a thousand things to the beholder if he/she pays attention to it, and the 'right' word suggests a thousand other things, that is why I never like to simply write captions under my photos. Actually now I do not wish to write anything at all, the photo must speak to you on its own.”

 

In conclusion, I would recommend that art photography and poetry enthusiasts take note of this talented artist.  As one who has reviewed his collected poetry and read many of his novels, short stories and essays, I can attest that his literary talent complements his photographic expression.  Albert Russo is artistically self-integrated in all of his creative disciplines.

Copyright 2007, Adam Donaldson Powell.

 

 

FRANCAIS

Ecrivain bilingue - l’anglais et le français étant ses deux langues ‘maternelles’ - belge d’origine anglo-italienne, Albert Russo est né au Zaïre et a passé toute sa jeunesse sur le continent africain, entre l’ancien Congo Belge, le Rwanda-Burundi, le Zimbabwe et l’Afrique du Sud. Il fait ensuite ses études universitaires aux Etats-Unis puis à Heidelberg. Il parle couramment 5 langues: ses deux langues ‘maternelles’, l’italien, l’espagnol et l’allemand (et a quelques notions de portugais,  néerlandais et swahili). Il se fixe en Italie quelques années, retourne à New York où il adapte des films pour le département audio-visuel de l’Unicef, puis s’installe à Paris où il enseigne l’anglais et l’italien. Membre du PEN Club de Belgique et de France, de l’American PEN Center, de l’Authors’ Guild of America et de l’Association des Ecrivains de Langue Française, il siège au jury du Prix Européen avec, jusqu’à récemment, Ionesco et Hélène Ahrweiler, entre autres personnalités.

 

Sa prose et sa poésie lui ont valu de nombreux prix littéraires, dont: le prix Colette 1974, New York Poetry Award, American Society of Writers Fiction Award, Volcano Review International Award for Long Fiction, Charles Katzman Journalism Award, Willie Lee Martin Award for Fiction, British Diversity Award for Fiction (1997) etc., et paraissent régulièrement dans des revues et anthologies littéraires (pour l’anglais) en Amérique du Nord, en Grande Bretagne, mais aussi en Australie, en Afrique et en Inde, ainsi que dans les pays francophones. Une de ses nouvelles a été radiophoniquement mise en scène par le Service Mondial de la BBC. 

 

Collaboration à de nombreuses publications, dont: World Press Review, International Herald Tribune, Short Story International, World Literature Today, The Edinburgh Review,Passport,The European Journal of Psychology, Books in Canada,Confrontation, Okike, Prize Africa, Indian Literature, Rafale, l’Autre Journal, la Revue Poétique de Cognac, Sapriphage, Encres Vagabondes, Le Bulletin de la Fondation Auschwitz, Fremde Verse, Tribuna (Roumanie) etc.

 

Il a été invité à participer, durant tout le mois de novembre 1993, avec dix autres écrivains, à L’Europe à Livre Ouvert, une initiative du Conseil Général de la Vienne présidée par René Monory et parrainée par le Ministère des Affaires Etrangères et la Communauté Européenne, entre autres organismes.

 

Directeur-adjoint de la revue Europe Plurilingue fondée par Nadine Dormoy (sous le haut-patronage de Simone Veil), il est aussi co-rédacteur de la revue anglophone Paris Transcontinental, dirigée par Claire Larrière (Sorbonne Nouvelle). Ses oeuvres ont été saluées par la presse internationale: Libération, l’Express, le Figaro Littéraire, l’Humanité, Ouest France, Le Soir (Bruxelles), La Libre Belgique, Jeune Afrique, le Nouvel Afrique-Asie, l’Hebdo (suisse), Le Quotidien d’Algérie, La République Internationale des Lettres, Confrontation, World literature Today, etc.

 

- Russo au Congo, par Michel Cressole, in Libération, Paris.

  “Sang mêlé, d’Albert Russo, est une exception à la règle, qui veut que tout roman plongé dans

   l’Afrique noire, par un écrivain blanc ou noir, en ressorte tropicalise, taraudé de personnages

   pittoresques, parasité de mots luxuriants et infesté de passages incantatoires. Ses phrases

   sont alignées au cordeau comme les rue d’Elisabethville.”

 

- Sang mêlé’, in La Cité, in La Nouvelle Gazette, Namur, in Le Figaro Littéraire, Paris :

“... Après plusieurs oeuvres écrites en langue anglaise, Albert Russo, qui a déjà reçu les prix

     Colette et Regain, marque avec cet ouvrage un retour réussi à la littérature française.”

 

- Lettre de James Balwin à Albert Russo datée de 1987 (peu avant sa mort).

    “... J’aime votre écriture, car dans un style policé vous exprimez des sentiments violents,

         faisant éclater des vérités terrifiantes.”

 

- Sang-mêlé culturel’, propos recueillis par Cécile Ouhmani, in Encres Vagabondes

   (France); ‘Albert Russo’, propos recueillis par Victor Bouadjio, in Ecrire Aujourd’hui (France)

- Arlette Geerinckx s’entretient avec Albert Russo, in K 33, périodique des anciens étudiants du

   Zaïre.

 

Trois romans d’Albert Russo, situés en Afrique, en Israël et en Belgique, dont

Sang Mêlé et La Tour Shalom viennent d’être publiés en italien:

 

De même que leur auteur, les personnages d’Albert Russo sont d’une grande sensibilité, vulnérables à l’agressivité, aux calomnies, aux in justices, aux atteintes à leur dignité, à leur intégrité. Ces violences peuvent susciter leur indignation aussi bien que leur affliction, mais cette sensibilité leur fait également ressentir plus intensément autant les sensations que les sentiments, et cela Albert Russo sait admirablement le traduire.

 

Il en donne une preuve éclatante aussi bien dans Sang mélé publié chez Ginkgo, Paris, que dans l’Ancêtre noire ou dans la Tour Shalom, tous deux publiés chez Hors Commerce, Paris, diffusés par CDE / Sodis (groupe Gallimard)

 

Sang mélé décrit une Afrique profonde que l’auteur porte dans son coeur et dont le destin souvent tragique le peine douloureusement. Il s’attache avec affection à ces personnages humbles et admirables comme cette nourrice, servante noire au grand coeur qui semble pour lui symboliser ce que l’Afrique recèle de plus pérenne.

 

L’Ancêtre noire relate l’enfance et l’adolescence d’une jeune fille dans l’Afrique congolaise où l’auteur lui-même a passé son enfance. Elle vit, au lendemain de la seconde guerre mondiale dans cette Afrique encore coloniale où elle mène une vie heureuse et préservée jusqu’au jour où elle apprend qu’elle a une ancêtre noire. Cette révélation va la perturber mais lui faire prendre conscience de certaines réalitiés et la rapprocher de ses condisciples africains.

 

Albert Russo, sans préjugés, avec finesse et compréhension, avec subtilité et générosité analyse les conditions complexes et les mentalités des uns et des autres. La jeune fille va également connaître les premiers émois amoureux et les effarouchements des premiers contacts érotiques et il est étonnant qu’un homme ait une telle prescience pour nous faire découvrir ces émotions.

 

Une partie du livre est consacrée à un voyage dans la région des Grands Lacs et c’est l’occasion pour l’auteur de déployer toutes les richesses de sa palette et de nous enchanter par des descriptions somptueuses et d’une grande puissance évocatrice. On sent combien Albert Russo a aimé ce pays et s’en est enchanté.

 

La Tour Shalom est un récit à la fois plus intimiste et plus personnel, semble-t-il. Il décrit un couple en crise et un homme qui vit une douloureuse dépression lors d’un voyage en Israël où, d’une certaine manière, à l’instar de son auteur, il recherche une partie de ses racines cosmopolites. Ce roman qui pourrait paraître complaisant tant l’auteur nous fait pénétrer au profond de la tourmente intérieure de son personnage me semble au contraire fait de retenue et de non-dits qui suscitent une émotion d’autant plus forte qu’on pressennt ce que cache cette pudeur.

 

Albert Russo est de ces auteurs rares qui vont au fond des sentiments et des sensations à l’aide d’une écriture toujours maîtrisée et sereine, sans chercher de faux-fuyants ni se parer d’effets factices et trompeurs. Même s’il décrit parfois de petits incidents de la vie apparemment anodins, on s’aperçoit qu’ils ont toujours une résonance, il n’écrit pas pour ne rien dire, pour le simple divertissement, on sent qu’il y a dans toutes ses fictions un vécu incontestable et émouvant, il paie comptant sans nous éblouir d’une fausse monnaie littéraire de clinquant ou de sensationnel.   

  .                                            

Maurice Cury, auteur de dizaines de livres, dont le roman Sur la route de Salina a été adapté au théâtre, et au cinéma par Georges Lautner, avec Rita Hayworth, de pièces de théatre, radiophoniques et de scénarios.

 

 

- Nadine Dormoy sur Albert Russo, in Notre Librairie / CLEF (Ministère de la Coopération et du Développement et Ministère des Affaires Etrangères, Paris, été 1996).

“L’oeuvre d’Albert Russo, riche déjà de quatre romans et d’un recueil de poèmes, Dans la Nuit bleu-fauve/Futureyes, est fondamentalement éclectique, et par là même inclassable. Elle est à la fois intimiste et cosmique, européenne et africaine, intégrant Nord et Sud. Elle est autobiographique, non au sens anecdotique, mais au sens large et intemporel, tout en restant fortement ancrée dans l’espace et dans le temps. Ses trois principaux romans, Sang Mêlé ou ton fils Léopold, Le Cap des Illusions  (éditions du Griot, Paris 1990 et 1991), et Eclipse sur le lac Tanganyika  sont des variations sur le thème de l’identification à un lieu d’enfance, lieu de mémoire devenu espace de la vie intérieure, de l’imaginaire et du mythe: l’Afrique. De ce point de vue, le premier roman est le plus remarquable et le plus frappant.”

 

- Charles Picqué, Ministre-Président, sur ‘Sang Mêlé, in La Libre Belgique.

“... J’aime ces romans qui se déroulent sur fond historique, ici la période coloniale et post-coloniale. Les personnages dans ‘Sang mêlé’ sont complexes et d’une intériorité surprenante.”

 

 

A propos du recueil bilingue de poésie d’Albert Russo,

in 'Europe Plurilingue', par Jean Luc Breton

 

“les poèmes d'Albert Russo sont l'exploration des jeux humains (le spectacle de ce qu'on appelle aujourd'hui le virtuel, les jeux de rôle, ]'amour, la mort) et de toute la gamme des attitudes auxquelles I'homme a recours pour contrer le hasard (depuis les souvenirs de la femme aimée jusqu'à la réduction au silence des indiens d'Amérique ou au meurtre d'une poupée martyre).

Albert Russo nous tend donc un miroir et nous y fait voir notre propre inconfort face à I'altérité, technologique, humain ou, plus angoissant encore, l'étranger en nous-mémes.  Cette révélation ne peut faire l'économie d'une évocation persistante de jeux de masquage, manifeste dans les titres des poèmes déjà ("Dramatis Personae", "L'Art de la Mascarade", "Vengeance par Procuration"), également présente dans l'étrangeté du vocabulaire.  La langue d'Albert Russo est une langue simple dans laquelle certains termes recherchés, familiers ou bien dotés d'un sens dérivé, et les tournures vieillies ("whether it be", "erstwhile", "presqu'engageant", "jusques à la cime"), créent une distance accrocheuse.  Ce qui symbolise le mieux notre rapport au monde et partant notre rapport aux autres, c'est évidemment ce qu'on en dit et comment on le dit.  Le langage est à la fois instrument d'asservissement et instrument de libération.

 

-Zapinette Vidéo, Gilles Perrault, auteur de ‘L’Orchestre Rouge’, de ‘Paris sous l’Occupation’ et de ‘Notre ami le roi’: “Ce roman hilarant est aussi un conte moral comme on en écrivait si bien au dix-huitième siècle. Votre Zapinette est un merveilleux personnage. Vous lui prêtez une langue cocasse, drue, d’une constante invention verbale. Bref, c’est un enchantement. Merci encore de m’avoir procuré ce grand bonheur de lecture. Avec amitié, Gilles Perrault”.

 

- Zapinette Vidéo’, in Le Mensuel Littéraire et Poétique (Bruxelles):

 “Le style du journal de Zapinette (j’aurais presque envie de parler de “mémoires”) et la première syllabe de son surnom nous font immanquablement penser à une autre de ces gamines à la fois charmantes et horribles, enfants sages mais incorrigibles bavardes, qui portent sur le monde un regard sans concession et totalement franc, le regard aigre-doux de la satire. Comme Zazie, Zapinette joue avec le langage, s’y vautre et le piétine, pour notre plus grand bonheur.”

 

 

Albert Russo: "A Poetic Biography / Biographie Poétique", en 2 tomes, 

Xlibris (USA) : 80 pages .

http://www2.xlibris.com/bookstore/bookdisplay.asp?bookid=28870

http://www2.xlibris.com/bookstore/bookdisplay.asp?bookid=33356

  

Albert Russo nous propose cette fois-ci une « biographie poétique . » Il s’agit d’un recueil de photographies en noir et blanc et en couleur accompagnées d’un texte poétique en anglais et en français rédigé par Eric Tessier . Il nous conte donc, en images, l’histoire d'une famille, celle d'Albert Russo, chaque photo constituant une biographie visuelle . Il aime photographier ses proches : tableau de famille, portraits, instantanés . Le temps et l’espace se fixent tout en dévoilant l’intimité de chacun .

 

Les parents : l’Anglaise élevée en Rhodésie, l'Italien de l’île de Rhodes, qui fondent une famille au Congo (pp.5-6) . Photos en noir et blanc : regard tendre du photographe, ces photos ne semblent pas être construites dans un but esthétique, elles s’inspirent davantage de la vie de famille : on pose avec joie ou bonheur, autour d’un pique-nique dominical après une longue promenade à bord d’une « voiture[qui] tanguait comme un paquebot . » (p.14)Heureuse vie de famille !

 

Albert Russo revient souvent sur l’univers de son enfance : photos qui sont un peu comme des fenêtres qui s’ouvrent dans sa mémoire :

                                   « L’enfance n’est jamais très loin

                                   On ne doit jamais l’oublier. 

                                   En ce qui me concerne, la mienne est sur mon bureau. » (p.62)

                                                                                 

Ces fenêtres s’ouvrent aussi sur des êtres chers, chaque photo constituant souvent une biographie visuelle, une vie privée, une photographie de l’intime, ces photos parlant d’elles-mêmes :

 

                                      « Chaque génération est un lien . » (p.52)

                                      « Chaque personne est un lien . » (p. 53)

 

Mais l’enfant grandit, il faut poursuivre son chemin et parcourir le monde , l’Europe : au pays des Helvètes, la neige et le ski . Que de joies loin du lac Tanganyika ! Il y a aussi Paris, « the city of light » (p.39), Heidelberg, l’Europe d’au delà du rideau de fer, d’au delà du Mur, de l’Europe, coupée en deux à Berlin (p.42), l’Afrique du Sud : sous le projecteur solaire, on se perd dans l’immensité bleue de la mer et du ciel, tous deux confondus : « Capetown, by the sea […] Premise of the anti-apartheid novel : Le Cap Des Illusions » (p73) .

 

Albert Russo l’Africain, en route pour New York, la difficile adaptation, de la jungle tropicale à la jungle de béton, l’imposante Broadway et son lumineux tatouage étincelant sous les feux de Times Square, le poète, le créateur (L’université , Greenwich Village) fait ses débuts, débuts prometteurs : admiré par James Baldwin, l’amie Toni Morisson pourrait être aussi bonne conseillère . La célébrité se profile : juré du Neustadt Prize : « My World spells Literature »(p.45), lauréat du British Diversity Award,(p.46), mais l’écriture est un travail difficile et douloureux . Il faut, sans discontinuer, écrire et réécrire, « sans cesse, remettre sur le métier son ouvrage » . Dans quelle langue ? L'une et l'autre, car notre écrivain bilingue est citoyen du monde . 

 

Albert Russo rassemble des souvenirs, il célèbre, à sa manière, le retour aux sources, sous un angle intime et personnel, il s’agit d’une intimité autobiographique . Il immortalise sa famille et des événements qui ponctuent la vie de certains de ses membres ainsi que de lui-même au travers de photos qu’il aime . Il porte un regard rassurant et nostalgique .

Délicate construction, poétique et tendre, richesses des photos . Albert Russo le photographe et le poète bilingue nous enchante .

 

Brigitte Gabbaï    publié dans Le Mensuel Littéraire et Poétique 

 

 

 

Albert Russo, "City of lovers / City of wonder - Parie la Grosse Pomme" - Xlibris 2007, 80 pages. édtition de luxe: $ 32,99 ou €  30 - édition ordinaire: $ 26,99 ou €  25

commandes: www2.xlibris.com/bookstore/bookdisplay.asp?bookid=36216

 

Albert Russo, l’écrivain, le poète, est parti, cette fois-ci, en photographe à la rencontre de Paris et de New York . Il nous promène à New York comme à Paris d’une manière qui lui est toute personnelle . Séduit par ces deux villes de légende, cet adepte de la promenade active les parcourt non en voyageur mais en habitant . Albert Russo sait prendre un certain recul, le regard sait où s’attarder, l’œil curieux du photographe saisit un  fragment d’action , une personne , un objet .

 

Il s’agit d’un recueil de clichés pour la plupart pris dans la rue et notre photographe n’est pas un photographe des rues vides, la rue est un théâtre  où « jouent » des passants anonymes . L’ouvrage alterne scènes de rues et vues d’architectures : verticalité de New York et horizontalité de Paris, vision non exhaustive car ces villes sont toutes deux difficiles à résumer .

 

Nous feuilletons ce carnet de voyages et voyageons ainsi entre Paris et New York : constants va-et-vient . Promenades et paysages de rues (pp.62-63). Paris , New York, villes fleuries (pp. 42-43). Terrasses de café parisiennes, farniente et joie de vivre, marchands ambulants, boissons alignées, exposées sur des chariots à l’ombre d’un parasol publicitaire qui vante une marque de saucisse : nous sommes au pays du hot-dog et de la restauration rapide (p.34-35). Tavernes, pubs, restaurants pour un « Paris sur Tamise » mais c’est l’heure du cocktail dans un bar de Times Square : bouteilles et  flacons sont incrustés dans une tour ronde, en bois, surmontée d’une horloge digne de celle de Grand Central (pp.50-51) . 

 

Quartiers paisibles, « mews » : ruelles, ancienne écuries, volets et fenêtres à guillotines , feuillage rampant qui s’accroche aux façades des maisons new yorkaises . Etoffe de feuillage pour habiller des fenêtres à la française, tapis de verdure qui recouvre  les murs (pp.2-3) . Larges artères d’eau, on se promène sur la Seine en bateau-mouche, on emprunte un taxi fluvial sur l’Hudson ou sur l’East River (pp.44-45) .

 

Kiosques à journaux . Quelles sont les dernières nouvelles ? A Paris, les magazines sont exposés en vitrine . A New York, sodas, eaux minérales et sucreries sont mis en vente 24 heures sur 24, le distributeur de billets est perpétuellement disponible, le dollar est roi ! Mais où sont les journaux ? Ils sont discrètement rangés tels des rouleaux de tissus sur une table roulante . Va-t-on bientôt servir le thé ? (pp.20-21).

Notre écrivain–photographe entretient une relation affective à ces deux villes . La photo est ici une seconde écriture .

 

Albert Russo a su capter l’énergie qui circule à New York, ville-pays tout en couleur, tout en mouvement et il a su montrer la plastique qui s’affiche à Paris .  Il a su photographier, dans ces deux cités, des lieux de rencontres  qui montrent ce qui se passe «ailleurs.» Il aime toutes sortes d’images . Il s’agit d’un travail talentueux qui vise à constituer une mémoire visuelle . Les cadrages sont parfaits, les photos sont claires et lumineuses .

 

Bon voyage dans « la ville qui ne dort jamais » et dans la Ville lumière !

 

                                                                                          Brigitte Gabbaï 

 

 

A propos de Incandescences:

 

“J'ai lu les récits que vous avez bien voulu me confier, et j'y ai trouvé beaucoup d'imagination, de sensibilité et de qualité de style. En particulier, vous savez fort bien traduire l'Afrique et la situer sur son vrai plan par rapport à nous qui n 'y sommes pas nés, mais qui l'aimons un peu comme si nous ne pouvions pas échapper à ses sortilèges.” Michel Droit 

 

“Ce qui m'a surtout impressionné est la variété des textes contenus dans ce recueil, ainsi que la grande qualité de style. J'ai le sentiment que l'auteur de ce livre produira un jour une oeuvre importante”  Douglas Parmée, Professeur de Littérature Française, Queen’s College, Cambridge.

 

A propos de Eclats de Malachite (Editions Pierre Deméyère, Bruxelles):

 

 “...l'ensemble touche à la lecture par la ferme expression d'un esprit parfois désabusé, mais toujours généreusement tourmenté.”  Nouvelles Littéraires, Paris.

 

“L'air, le paysage, la lumière, un certain mode de vie: tout y exprime la justesse douloureuse d'un univers aboli que tant d'êtres regrettent avec une inguérissable nostalgie... Nourri d'expériences multiples, d'émotions qui se bousculent et bousculent son écriture, Albert Russo doit trouver unité intérieure et simplicité”  Georges Sion, de l'Académie Goncourt, Le Soir. Bruxelles.

 

“Ce livre est écrit comme un exorcisme et une confession, dans un langage proustien... Tel quel, il est envoûtant et dévoile un talent certain.” Jeune Afrique 

 

“Le message humain, c'est cela le ‘fétiche’ qui fait vibrer l'ouvrage d'Albert Russo... Une oeuvre retentissante.”  La Dépêche de Lubumbashi, Zaïre

 

“La nostalgie de l'enfance décrite par un grand écrivain: Albert Russo. Retenez bien ce nom. On en reparlera.”  Jean-Claude Bourret, Vie et Succès, Paris.

 

Opinions: “Je ne peux résister au plaisir de vous féliciter. Tout cela est excellent. J'ai beaucoup aimé vos poèmes.” Robert Goffin.

 

“Il y a là une façon de conter qui va comme une rivière souterraine qui affleurerait de temps en temps pour replonger aussitôt. Pensée allusive, langue souvent trop chargée (comme cette nature tropicale dont vous parlez si bien), mots et images parfois maniérés, tout cela contribue à créer un climat chaud et blessé, un climat troublant. On ne l'oublie pas... dès les premières pages, on sent un ton nouveau auquel on ne peut rester indifférent.”

Paul Willems, écrivain et Directeur du Musée des Beaux-Arts (Bruxelles) 

 

 

A propos du Cap des Illusions, Editions du Griot, Paris (la première version du livre fut publiée sous le titre La Pointe du Diable aux Editions Pierre Deméyère, Bruxelles):

 

“Avec ce roman, il ne fait pas l'ombre d 'un doute que Russo acquiert une gloire parmi les valeurs sûres de la littérature d 'aujourd 'hui. L'oeuvre va loin. Tout en traitant l'un des problèmes les plus angoissants de notre temps dont on se demande pourquoi ils se posent, l'auteur nous arrache de l'arsenal de la réalité pour nous poser dans celui de la poésie. Non de cette poésie faite pour sa satisfaction, mais de celle-Ià même qui est création, participation.”

Revue Zaïre, Kinshasa 

 

“C'est en Afrique du Sud que l'auteur situe l'action d'un excellent roman... drame du racisme sud-africain.” Nouvelles Littéraire, Robert Cornevin, historien, Directeur de la Documentation Française et Président de l'A.D.E.L.F. 

 

“C'est un roman où la sensibilité le dispute à la qualité des descriptions dans la peinture de l'un des plus graves problèmes humains de notre siècle.” Culture Française, Paris

 

“Dans un style très personnel, Russo dénonce la honte de l'Apartheid qui se poursuit sous l’oeil indifférent des nations, et parle en poète de la beauté de cette terre d'Afrique.”

Tribune juive, Paris.

 

“Son héros, Michael, s'éprend de Prudence, pas très jolie avec ses cheveux crépus, mais bouleversante dans sa détresse parmi ces ‘oubliés de Dieu à la peau contrariante’, se débattant dans sa geôle pigmentaire.” Revue de l’Afrique.

 

“C'est de l'Apartheid qu'il s'agit ici, cette maladie honteuse d’Afrique du Sud, ce racisme institutionnel, froid, aseptique et ‘comme venu d'ailleurs’. Il constitue la trame d'un roman poétique, et tendre, et sensuel. Ces pages sont celles d'un poète blessé dans sa chair par les griffes d'une société bête et féroce.” Serge Zeyons, La Vie Ouvrière, Paris. 

 

Opinions: “Je viens de lire les deux volumes que vous m'avez envoyés et leur ton m'a beaucoup touché” Joseph Kessel, de l'Académie Française. 

 

Pierre Emmanuel (de l'Académie Française) tient à vous dire le plaisir qu'il a eu à lire ces pages à la fois difficiles, sensuelles et pleines d'humour.” 

 

“Vous avez - cela saute aux yeux - la qualité première du conteur (très rare dans la littérature ‘cérébrale’ d'aujourd'hui), une très riche sensualité, toujours en éveil, vous écrivez avec vos sens. Le lecteur, bientôt séduit, voit par vos yeux, entend par vos oreilles... Votre roman est aussi plein d'odeurs (comme l'est l'Afrique) ce que, hélas, on ne peut pas dire de beaucoup de romans.” Daniel Gillès

 

James Baldwin: “J'aime votre écriture, car dans un style policé vous exprimez des sentiments violents, faisant éclater des vérités terrifiantes, Vous dérangez sans en avoir l'air.”

 

 

ITALIANITÉ RHODIOTE ET MÉTISSAGE AFRICAIN DANS SANG MÊLÉ D’ALBERT RUSSO - essai paru dans le livre ‘Des Italiens au Congo aux Italiens du Congo, aspects d’une Glocalité’, publié par l’Harmattan, Paris, en février 2020.

 

SANG MÊLÉ, le livre-phare d’Albert Russo, a eu plus de 18 éditions, en français, en anglais et en italien; il a été étudié à la Sorbonne, ainsi que dans des universités américaines, congolaises et indiennes.

 

Maurice AMURI Mpala-Lutebele - Université de Lubumbashi, RDC            

Pierre HALEN - Université de Lorraine, France                            

 

Voir la table des matières sur ce lien : https://listesocius.hypotheses.org/9064

Lire un extrait : http://liseuse.harmattan.fr/978-2-343-19072-3

Les relations de l’Italie avec l’Afrique centrale, particulièrement avec le Congo, passent également par les représentations littéraires. Si ces dernières sont susceptibles de s’inscrire dans les « débats internationaux suscités par l’État léopoldien et [...] exploitent les rêveries exotiques et d’autres aventures liées au cadre de la forêt primitive », comme l’indique l’argumentaire de ce colloque, l’œuvre romanesque d’Albert Russo s’inscrit quant à elle dans de tout autres débats, et notamment dans les questions relatives à la rencontre des cultures dans un contexte de globalisation. Le fait est qu’il s’agit d’une œuvre relativement récente, à divers égards post-coloniale, et qu’elle présente plusieurs aspects singuliers. Outre la dimension interculturelle déjà mention- née, ne
retenons ici que deux d’entre eux : d’abord, cette œuvre se ressent de l’expérience des Italiens provenant des îles de la mer Égée, particulièrement des communautés sépharades de l’île de Rhodes ; cette origine semble bien avoir constitué un fait inspirateur, et comme un cadre de pensée pour Albert Russo qui est lui-même un descendant direct de ce groupe social. Ensuite, cette œuvre prend à plusieurs reprises pour sujet et pour décor socio-historique l’établissement de ce groupe au Katanga, dans un contexte à divers égards étranger puisqu’il est à la fois congolais et francophone, et, selon les époques,
1 Voir : http://mukanda.univ-lorraine.fr/auteurs/ maurice-amuri-mpala-lutebele
colonial belge ou post-colonial. Dès lors, on conçoit que la question de l’Autre – qu’il s’agisse des différentes mémoires en concurrence ou des partenariats à négocier dans la vie urbaine – soit centrale dans les grands romans d’Albert Russo, notamment dans Sang mêlé en 1990, le roman auquel nous nous attacherons spécialement, mais aussi dans L’Ancêtre noire en 2003, et dans Exils africains en 2010.
« Né au [Congo-belge] de père italien et de mère anglaise, [Albert Russo] passe toute sa jeunesse sur le continent africain, entre l’ex-Congo belge, l’Afrique du Sud et le Burundi » . Toute son enfance et son adolescence, jusqu’à son départ pour l’université aux États-Unis, ont donc pour cadre  l’Afrique centrale, du Sud-Katanga au Tanganyka . S’il a aussi été, plus tard,  un grand voyageur de par le monde, le fait est que les univers diégétiques de ses grands romans sont situés en Afrique, et notamment au Katanga, la province congolaise qui l’a vu naître en 1943 à Kamina, et puis grandir dans un contexte colonial finissant, encore structuré par des différences à outrance, mais qui vacille et s’ouvre à autre chose. À l’instar d’un Le Clézio qui spécule à propos de « l’Africain » qu’était son père, Albert Russo fonde lui aussi, consciemment ou inconsciemment, une grande partie de sa vision de l’huma- nité sur son expérience africaine, vécue comme une expérience de la diversité.
RUSSO (Albert), Sang mêlé ou ton fils Léopold [1990]. Paris : France-Loisirs, 1991, 264 p. ; prière d’insérer. Nos citations renverront à l’édition originale : Sang mêlé ou ton fils Léopold. [Préface de Michel Fabre]. Boulogne :
Éditions du Griot, 1990, 258 p. ; en abrégé : SM. Le roman a été traduit en italien : Sangue misto. Traduzione di Marco Dorner. Roma : Coniglio editore, 2008, 208 p. ; Idem. Postfazione di Michel Fabre. Roma : Elliott, coll. Scatti, 2016, 178 p. 

« Renseignements sur mon père italien, Moïse Russo, et ma mère britannique, Sarah : mon père, né Italien à Rhodes (sous occupation italienne après la chute de l’empire ottoman) en 1910, est arrivé au Congo à 16 ans. Il a travaillé pour Amato Frères à Kamina, à Luluabourg, à Jadotville, à Élisabethville, puis s’est associé en 1950 avec son frère Jacques et Léon Hasson, dit le Turc, avec magasin de gros, boutique pour dames, Diana, et usine de sous- vêtements dans le quartier industriel de Lubumbashi (ex- Élisabethville). Après des démêlés avec ses associés, ma famille s’est transférée à Bujumbura (Burundi) en 1955, où elle a repris une affaire mal en point, que, à force de travail, elle a fait prospérer. Ce qui est devenu “M.A. Russo”. Ma mère et mes sœurs ont émigré en Italie en 1959, tandis que moi, je suis resté à Bujumbura pour terminer ma Rhétorique (Bac belge), puis je suis allé faire mes études universitaires à New York. Mon père est resté encore de nombreuses années à Bujumbura  jusque dans les années 1975-1978. Ma mère, Sarah, a grandi en Rhodésie/Zimbabwe, a fait un voyage à Élisabethville/Lubumbashi en 1941, y a rencontré mon père et ils se sont mariés à É’Ville, en 1942. Moi, je suis né à Kamina en 1943, ma sœur Rachel, à Jadotville en 1946, et ma sœur Irène à É’Ville/Lushi en 1949. Je suis donc né Italien, puis mon père nous a tous naturalisés belges. Nous recevions les personnes de toutes races et religions à la maison. Et moi, pendant six ans, j’ai fréquenté à Bujumbura l’Athénée Royal Interracial, avec dans ma classe des Blancs, des Tutsi, des Hutu, des Congolais, des Pakistanais, des Arabes (en minorité, il est vrai, mais c’était une “révolution”). Ces éléments et cette situation à la fois familiale et scolaire m’ont ouvert au monde et à l’acceptation de toutes les différences à une époque où la ségrégation raciale était un fait ». (Correspondance d’Albert Russo du 15 octobre 2014).  C’est elle qui lui inspire un discours à propos de la complémentarité des cultures et de leur enrichissement réciproque : toutes lui parissent en effet nécessaires à l’accomplissement d’« une humanité pas tout à fait déchue » (comme il l’écrit dans une de ses premières publications, significativement intitulée Éclats de malachite. D’où la poétique et en même temps l’éthique du métissage qui seront, vingt ans plus tard, au cœur du roman Sang mêlé, comme nous allons le voir. Avant cela, ajoutons que le mélange est, d’une manière générale, la figure essentielle de l’œuvre, ne serait-ce que parce que celle-ci est écrite en deux langues (le français et l’anglais, l’auteur s’auto- traduisant), mais aussi parce qu’elle touche à de très nombreux genres et supports, de la poésie à la photographie en passant par le roman pour la jeunesse et la chronique, et même le cinéma .
Trois voix pour mettre en situation les différences
Sang mêlé est une fiction : on y raconte l’histoire de Harry Wilson, un Américain de la banlieue de Baltimore, qui immigre au Congo belge vers la fin des années trente à la suite d’une grave mésentente avec son père : « cet homme a gâché mon existence » (SM, p. 145), écrit-il. S’il arrive au Congo, c’est qu’il espère y être rejoint par son amant, qui a des projets missionnaires, mais celui-ci, mobilisé, meurt sur le front en Normandie. Installé à Élisabeth- ville, aujourd’hui Lubumbashi, où il se consacre à des activités commerciales privées, Harry Wilson vit une migrance marquée par divers rapports avec une nouvelle société, de nouvelles langues et de nouveaux modes de vie : en somme, une interculturalité, et celle-ci sera racontée, après qu’un narrateur à la troisième personne aura introduit le roman, par plusieurs voix.
D’abord la voix de Wilson lui-même : « comment pourrais-je oublier ma première semaine à Élisabethville ? » (SM, p. 147), s’exclame-t-il. Se révèlent alors, tour à tour, ses contacts avec la société congolaise : avec Tshikapa, le premier jeune Congolais qui est à son service ; avec Mama Malkia, la gouver- nante congolaise qui tient de main de maître sa maison ; avec Léopold Kitoko Wilson, le petit mulâtre qu’il adopte ; ses relations avec la société européenne aussi, notamment avec Jennie, à la fois sa conseillère et son employée ; et surtout avec ses amants successifs, puisque Harry Wilson a une liaison passionnée avec un Grec, Giorgos, mais aussi une relation plus éphémère avec un jeune Commissaire belge, Éric, et une « passade » avec un pilote rhodésien, Craig. La problématique de l’homosexualité dans une société peu tolérante introduit d’une autre façon celle du respect des différences.
Ensuite, c’est la voix de Mama Malkia, une veuve qui était entrée au service de Harry Wilson peu après que l’Américain se fut établi à Élisa- bethville. Mama Malkia méritait bien son nom qui, en kiswahili, signifie « reine mère ».
4 RUSSO (A.), Éclats de malachite. Bruxelles : Pierre de Meyère, 1971, 171 p. ; p.. 
 5 Pour une bibliographie, consulter : http:// mukanda.univ-lorraine.fr/ - c. 07.10.2019. 
 
[...] Mama Malkia avait un sens inné de l’organisation et m’sieur Harry n’hésitait pas à la consulter. Pour les tâches de la maison, c’est elle qui commandait (SM, p. 22). 
Son service auprès du Blanc Wilson est l’occasion d’un dialogue parfois tumultueux, surtout lorsqu’il est question des liaisons de Harry et de l’éduca- tion de Léopold Kitoko dans ce contexte. Ce dialogue a lieu en même temps entre les cultures occidentales et africaines, puisque Mama Malkia se fait l’écho de ses concitoyens congolais. Ceux-ci, en effet, 
émirent [...] quelques réserves sur l’attitude de m’sieur Harry ; pas tant sur l’adoption de Léo – l’humanité n’était après tout qu’une grande famille –, que sur l’homosexualité du Blanc. [...] Quelle valeur un homme pouvait-il avoir s’il abandonnait le premier de ses devoirs qui était de procréer ? (SM, p. 239). 
La troisième voix, enfin, celle de Léopold Kitoko Wilson, raconte la perplexité d’un jeune homme « pris entre deux mondes », en quête de son identité : « oui, 
papa, avoue-t-il, j’aurais souhaité être uniquement d’une race, et non un café-au-lait. Je me sens, corps et âme, si inadéquat, si inachevé » (SM, p. 127).
Dans l’ensemble, « chacune de ces voix nous parle de la difficulté à vivre sa différence », comme on peut le lire dans le prière d’insérer. Trois voix, trois consciences narratives pour une même réalité, un même drame. Trois voix qui, finalement, deviennent complémentaires pour faire voir une issue : un processus d’acculturation, qui conduit à valoriser le symbole du métissage : le « sang mêlé ». Martine Pretceille nous a rappelé que « les cultures comme les sociétés ne sont pas homogènes » et que « la pluralité et la diversité sont au cœur même de la vie » . Mais les univers sociaux concernés par l’immigration sont ceux où s’affichent le plus, et parfois s’affrontent, mais parfois aussi s’effacent finalement, les différences, ou du moins leur potentiel de division. Que dire alors d’une immigration vécue dans un contexte de colonisation lui-même marqué par beaucoup de stéréotypes et de catégorisations diverses concernant les uns et les autres ?
Dans le roman, la première mise en situation des différences concerne naturellement le premier contact de Wilson avec son nouveau milieu physique où il constate que certaines agglomérations se résumaient à quelques cabanes d’onduline et à une demi- douzaine de huttes éparpillées. On avait l’impression de se trouver dans une autre gala- xie. J’étais à la fois effrayé et fasciné par tant de démesure, et je me demandais si cela n’avait pas été une folie de quitter Baltimore (SM, p. 147). La mise en situation des différences se construit davantage dans les rapports entre colonisateur et colonisé, notamment à travers le « patron » Wilson et la « domestique » Mama Malkia, qui entend bien n’appeler Hary que « M’sieur
6 PRETCEILLE (Martine A.), L’Éducation interculturelle. 4e éd. mise à jour. Paris : PUF, coll. Que sais-je ?, n°3487, 127 p. ; p. 22.
Wilson ». L’attitude de ce dernier, dans ces relations, n’est pas bien vue par d’autres Blancs. En effet, révèle-t-il, les Européens de mes relations furent plongés dans la perplexité, et certains ne purent cacher leur désapprobation lorsqu’ils apprirent que, sur mon initiative, Mama Malkia avait quitté la cité indigène pour venir s’installer chez moi. Cela, tout simplement, ne se faisait pas (SM, p. 164). Qu’une servante indigène s’asseye à leur côté et partage leur repas, cela pouvait à la rigueur se concevoir dans un village de brousse ou dans des fermes isolées, mais pas à Élisabethville ! (SM, p. 46). Comment Wilson pouvait-il se le permettre avec cette servante indigène ! Wilson se retrouve dans une autre situation de différence quand il décide d’adopter un orphelin, décision qui paraît insolite à la fois aux yeux des Blancs et des Noirs : – Ainsi, vous voulez adopter un petit mulâtre ? répéta Janine sur plusieurs tons.
C’était une affaire trop grave pour qu’on s’y engageât à la hâte. Nous en parlâmes très longuement avant de parvenir à une conclusion. Je dis « nous » car sans la compré- hension et le soutien indéfectible de Janine, je ne me serais jamais risqué à prendre une décision d’une telle ampleur. Quant à Mama Malkia, elle crut, lorsque je lui révélai mon projet, que j’avais « perdu la boule » (SM, p. 164).
L’intolérance à l’égard de la différence provient cette fois-là des deux côtés. Elle se prolonge par le rejet que le jeune mulâtre Léopold Kitoko Wilson et son ami Ishaya, Juif sépharade, subissent à l’école, de la part de leurs cama- rades blancs, à cause respectivement de leur couleur de peau (pour Léo qui pâtit aussi d’un double statut de bâtard et d’orphelin) et de leur religion (pour Ishaya). Rapportant une de ses altercations avec un camarade de classe, Léo raconte : « d’après lui, il est même plus que certain que j’irai droit en enfer, parce que je n’ai pas de vrai père ni de vraie mère et que je suis... à moitié noir» (SM, p. 135). Ishaya rapporte une anecdote semblable : « il m’a deman- dé pour quoi je n’allais pas à l’église. Je lui ai expliqué que j’étais juif et que par conséquent je ne pouvais prier qu’à la synagogue » (SM, p. 79).
L’homosexualité de Wilson est également un motif de confrontation des différences dans la mesure où non seulement elle provoque une certaine inhi- bition identitaire chez Wilson lui-même, mais elle est aussi « cause de son exclusion du cercle des colons » (1991, prière d’insérer) tout en apparaissant comme une pathologie aux yeux des Noirs. Wilson tient donc à cacher ses « tendances sexuelles », comme il les appelle, et il ne souhaite pas que son fils adoptif Léopold soit homosexuel : Il a néanmoins le droit de savoir pourquoi je ne me conduis pas comme la plupart des autres hommes. Mon intelligent Léo, il n’est pas dupe. Mais je ne voudrais pas qu’il soit comme moi. Cela le... détruirait (SM, p. 145).
Par ailleurs, se confiant aux membres de sa famille élargie, Mama Malkia leur raconta comment elle en était venue à travailler pour m’sieur Harry, le muzungu américain. Elle ne leur cacha pas le fait qu’il ne couchait pas avec les femmes. Cette révélation lui valut des regards désapprobateurs et déclencha les yo ! yo ! de l’assistance, car le bwana était alors sûrement possédé (SM, p. 185).
Toutes ces mises en situation des différences montrent suffisamment que « les cultures comme les sociétés ne sont pas homogènes [et que] la pluralité et la diversité sont au cœur même de la vie » . Mais alors, comment gérer cette diversité, cette pluralité ? À l’intolérance à l’égard des différences, Albert Russo oppose une poétique du métissage, et sa vision d’une humanisation toujours plus grande des sociétés.
Poétique du métissage 

Dans Exils africains , Albert Russo expose clairement sa conception du
métissage. Quelle attitude adopter, en effet, face au conflit que peut engendrer la cohabitation des différences ? Faut-il renier un côté pour embrasser l’autre exclusivement ? Ou alors se détacher des deux, et ainsi se libérer de toutes les chaînes du passé afin de se forger une personnalité nouvelle ?
(SM, p. 178) Comme le montre ce roman ultérieur 9, Albert Russo choisit la seconde voie, celle d’une acculturation entendue ici non pas comme « assimilation », mais comme « ensemble des phénomènes qui résultent de ce que des groupes d’individus de cultures différentes entrent en contact, continu et direct, avec les changements qui surviennent dans les patrons culturels originaux de l’un  ou des deux groupes » et, en même temps, à souligner la complémentarité entre les groupes. « Seule cette démarche permet de rompre les logiques de violence au sein d’une même société.  Chaque mise en situation apparaît comme un temps fort, un moment de tension du fait de l’affrontement des différences. Albert Russo fait suivre

7
interculturelle, op. cit., p. 22. 
 PRETCEILLE (M.A.), L’Éducation 8 RUSSO (A.), Exils africains. Et il y eut David- Kanza. Présentation de Pierre Halen. Paris : 
 Ginkgo éditeur, 2010, 195 p. 
 9 Cf. AMURI M.-L. (Maurice), « Rencontre des cultures et quête d'identité : démystification 

du discours sur l’Autre dans Exils africains d’Albert Russo », in : QUAGHEBEUR (Marc), dir. ; LECLERCQ Nicole), collab., Sagesse et résistance dans les littératures francophones. Bruxelles : P.I.E.-Peter Lang, coll. Documents pour l’Histoire des Francophonies, n°47, 631 p. ; p. 357-372. 
 10 J. Redfield et alii, cités in : PRETCEILLE (M.A.), L’Éducation interculturelle, op. cit., p. 13. 11 BLU (D.), « Introduction », in : ALBERT (Odile) ; FLÉCHEUX (Laurence), dir., Se former à l’interculturel : expériences et propositions. Paris : Éd. Charles Léopold Mayer, coll. 
 Dossier pour un débat, 2000, 140 p. ; p. 9. 
 
.Cela conduit à minimiser les différences culturelles  société ou entre deux sociétés que l’on tente de poser en rivales »

Ce processus d’acculturation est représenté dans  Sang mêlé par des procédés romanesques caractéristiques : une narration basée sur une alternance de tension et de détente, une polyphonie singulière et un mélange de  genres significatif. Une alternance de tension et de détente  chacun de ces temps forts d’une détente, d’un compromis, d’une sorte de réconciliation vécue par de nouvelles identités qui relativisent les différences sans les effacer. Cette dédramatisation permet de réunir les hommes de cultu- res différentes et chaque tension est dès lors neutralisée par une forme de réunion.
Ainsi, l’Afrique, d’abord représentée par des stéréotypes tels que des lions qui se promènent dans la rue, des serpents et des scorpions dans tous les coins, etc., se révèle ensuite une sorte de paradis à l’arrivée de Wilson : « Élisabeth- ville fut une agréable surprise, s’exclame-t-il. Je découvris une ville coquette avec ses maisons aux vérandas enlacées de bougainvillées écarlates ou oran- gées, ses avenues bordées de flamboyants et de jacarandas » (SM, p. 147). Plus tard, quand sa sœur Clara, restée à Baltimore, « vit des photos récentes d’Éli- sabethville, elle n’en revint pas. Il existait donc en pleine Afrique, aux abords de la jungle, des villes aux avenues asphaltées, aux grands bâtiments moder- nes, avec des jardins à la française, des cinémas et même des théâtres ! » (SM, p. 94). Ses exclamations révèlent finalement que la connaissance de l’Autre détruit les préjugés ; comme on va le voir, elle conduit aussi à la connaissance de soi-même, en permettant donc une nouvelle identité.
Les rapports entre colons et colonisés sont, quant à eux, figurés de manière paradoxale (au sens littéral du mot) par les deux personnages du bienveillant Wilson et de Mama Malkia « plus tout à fait africaine, mais noire aux yeux de tous » (1991, prière d’insérer). En effet, « les rapports unissant Mama Malkia et Harry Wilson étaient inhabituels à la colonie. Entre eux s’étaient tissés des liens d’authentique tendresse, voire de connivence » (SM, p. 25). Une conni- vence qui se réalise au-delà des désaccords qui demeurent :
non que tout allât sans accrochages entre Mama Malkia et moi. Je la trouvais autoritaire, ses manières étaient un peu rudes, et elle fourrait son nez partout. Elle m’appelait « m’sieur » au lieu de « bwana » et elle avait eu le toupet de me dire que je n’étais pas un homme à femmes (SM, p. 163).
La mise en situation d’un patron quelque peu soumis et d’une servante autoritaire débouche plutôt ici sur un compromis, sur une sincère collaboration de deux sensibilités complémentaires pour fonder une communauté unie, une « famille » où Mama Malkia joue pleinement son rôle de « mère ». Wilson le reconnaît quand il se rassure au sujet de l’épanouissement de son fils adoptif : « après tout, il a Mama Malkia, et c’est une mère irréprochable » (SM, p. 144). Que Wilson et Mama Malkia transcendent en quelque sorte leur statut respectif interpelle forcément leurs milieux. Albert Russo explique l’évolution du premier en évoquant l’attitude de Janine, une Blanche, envers les enfants noirs : son amour des enfants était si authentique qu’il ignorait les barrières raciales. Ainsi elle arrêtait une Négresse dans la rue avec un bébé au dos et, lui caressant la joue, elle disait : “l’adorable poupou” [...]. L’attitude de Janine à l’égard des enfants noirs déclencha en moi un élan dont l’issue fut irréversible (SM, p. 161-162). « Irréversible », reconnaît Wilson, dans la mesure où sa « relation avec l’élé- ment primordial du continent noir, [avec] son peuple » (SM, p. 183), demeurée jusque-là latente, est devenue en lui une préoccupation consciente : les Mama Malkia de ce pays, [déclare Wilson,] pourraient nous donner à nous, diables d’étrangers, plus d’une leçon. Car eux aussi nous voient comme de drôles d’oiseaux se conduisant de la façon la plus extravagante. [...] Le jour où, forts de leurs traditions, ils auront aussi maîtrisé le sens de nos comportements, il nous faudra veiller à compter avec eux (SM, p. 183-184). Au lieu de voir les Autres, de manière exotique, comme de « drôles d’oiseaux », il faut donc « compter avec eux » : cela paraît limpide. Le qualifi- catif d’« irréversible » a aussi un sens tout particulier dans la mesure où Wilson adopte Léo en dépit du regard discriminatoire des uns et des autres. Il ne regrette pas ce choix qui donne plutôt un sens à sa vie : ai-je été trop égoïste, orgueilleux ou simplement naïf en pensant que, par l’adoption de Léo, je pourrais changer quelque chose à la société ? / J’ai probablement été tout cela. Mais personne ne pourra me faire regretter ce choix. Oui, j’ai pris un risque immense et il me faudra beaucoup de courage. C’est parfois effrayant, mais Léo est tout ce pour quoi je me bats (SM, p. 144). Wilson se réalise ainsi dans l’Autre : « cet enfant figure déjà à mes yeux un autre moi-même ; non pas un double, mais un être que je m’appliquerai à rendre plus achevé, plus parfait » (SM, p. 165). Non seulement l’adoption traduit ici une vocation de paternité sans frontière raciale, mais elle exprime surtout cette capacité humaine d’aller au-delà de toute différence pour s’épa- nouir avec l’Autre, en l’Autre ; il est à noter cependant que celui-ci est moins considéré comme tel que comme un « être humain », donc un semblable : « père novice, je viens à peine de découvrir ma nouvelle vocation, celle de donner à Léo tous les moyens qu’il faut à un être humain pour atteindre le bonheur. Tâche difficile mais ô combien passionnante ! » (SM, p. 171). La neutralisation de la différence vécue par le petit mulâtre dans l’école des enfants blancs se retrouve, comme en miroir, dans l’heureuse expérience de Piet, un enfant blanc inscrit dans l’école des Noirs, et dont le prénom connote une identité néerlandophone. Piet fréquentait l’école d’une mission catholique voisine dont il était le seul élève européen. Ses parents ne voulaient pas l’envoyer à la ville en internat, arguant que le seul moyen pour [lui] de ne pas se sentir exclu parmi ses camarades congolais était d’apprendre leur idiome (SM, p. 108).
Encore une fois, il est question ici de combattre l’exclusion par l’intégration : « Piet, avec l’accord de ses parents, avait délaissé une part de son héritage flamand pour vivre à la congolaise » (SM, p. 112), la meilleure manière de devenir un « sang mêlé » culturellement. Piet apparaît alors comme un autre symbole du métissage culturel. Cependant, parce qu’il pratique dès lors couramment le kiswahili avec Ishayah, ceci installe une barrière entre Léo et les deux « Congolais blancs » qui le laissent à l’écart et se sont, en quelque sorte, davantage enracinés localement que lui : on peut tout intégrer, il y a des choix à faire qui sont aussi des séparations même s’ils sont des mélanges.
La différence que crée l’homosexualité de Wilson apporte, quant à elle, plus de questions que de réponses. Elle n’est pas le résultat d’une décision volontaire comme celle de l’adoption, mais elle demande tout de même aussi une sorte de conversion puisque l’individu doit se découvrir et s’accepter lui- même. Parlant de ce qu’il ressent envers son premier amant John, Wilson confesse : personne jusqu’ici n’avait occupé dans mon cœur une aussi grande place. Et c’était là, dans cette chambre, en cet instant, que cela me fut révélé. La lutte contre mes instincts, cette épreuve d’endurance, valait bien la peine d’être sacrifiée. [...] Nous échangeâmes un autre baiser et le soleil nous surprit dans les bras l’un dans l’autre. Les choses allèrent rapidement. Que nos destins fussent désormais liés, était une évidence (SM, p. 177).
Cette révélation semble naturelle, et pourtant Wilson ne donne pas l’impression d’être naturel dans l’accomplissement de ce « destin », surtout quand il ne veut pas que son fils adoptif soit comme lui. Cela le détruirait, dit-il. Mais « pourquoi en serait-il détruit ? » (SM, p. 145), s’interroge-t-il par la suite. dans l’enthousiasme de l’amour qui est comme béni par le soleil, d’autres interrogations concrètes sont également soulevées, notamment à propos du devoir de procréation, à propos de conviction religieuse, etc. La neutralisation de la différence est souhaitée, mais il reste, dans la société, une intolérance comme le montre ce propos du petit mulâtre, s’adressant à son père : quelqu’un, je ne sais plus qui, t’a traité de pédéraste. Cela m’a bouleversé, et j’ai cherché le mot dans le dictionnaire. Mais pour tout l’or du monde, je ne voudrais pas d’autre papa, mon papa... Certains croient que tu es né... pour ainsi dire handicapé, mais tu ne leur prêtes pas attention. Tu estimes que c’est une question de conscience, si intime, que, même moi, j’aurai à prendre une décision sur ce point. Tu affirmes n’avoir pas eu le choix. [...] Papa, cessons ce discours, mon cœur va éclater (SM, p. 221-222).
La neutralisation de la différence se cherche encore, semble dire Albert Russo par ces questions restées en suspens, ce tourment intérieur. C’est sans doute qu’il ne faut pas la confondre avec une conciliation totale, mais y voir plutôt une dynamique. À chaque temps fort, donc, sa détente, à chaque conflit des différences sa neutralisation, réalisée ou en cours de réalisation. Albert Russo fait ainsi alter- ner ces deux temps pour suggérer diverses formes de réconciliation, diverses formes d’acceptation de l’Autre. Cette altérité en quelque sorte active, dont nous avons vu qu’elle s’éclairait d’être à la fois subordonnée et éclairée par  L’explication anecdotique est peut-être à trouver dans la souffrance avec laquelle Harry vit, non pas son homosexualité, mais sa passion pour et avec Giorgios, ce dernier se montrant à l’occasion jaloux et violent, ce qui complique inévitablement la vie familiale
Dans le roman, la question demeure posée. Si le principe de l’acceptation des réalités s’impose sans trop de difficultés un principe d’humanité commune, s’entend également dans la diversité des voix du récit.
Une polyphonie singulière
Roman à trois voix (en plus de celle du narrateur), Sang mêlé aborde la question de la différence telle qu’elle est ressentie par un Blanc, un Métis et une Noire. Trois narrateurs impliqués dans l’histoire qu’ils racontent, appor- tant chacun son regard sur la même réalité : la difficulté à vivre la différence. Albert Russo se sert de ces trois consciences narratives pour filtrer la même vision, sa vision : l’hybridation culturelle féconde. En effet, au lieu de se reje- ter, ces trois différences communient au nom du principe commun de l’accep- tation des différences. Blanc, Wilson accepte d’adopter un mulâtre pour qu’il devienne un autre soi-même ; libéral, il accepte l’autoritarisme de Mama Malkia, nécessaire à la construction d’une « famille » unie. Pour tout l’or du monde, Léo ne voudrait pas d’un autre papa, bien que Wilson soit homo- sexuel. Mama Malkia, quant à elle, malgré des regards désapprobateurs des siens, accepte de « cheminer » avec Wilson dans l’adoption de Léopold. Wilson résume bien cette hybridation culturelle féconde quand il dit : « Mama Malkia est, avec moi, le seul être qui puisse lire dans le cœur de Léo. Mais nous venons, elle et moi, de mondes si différents. [...] C’est moi qui ai adopté Léo, mais elle en est devenue la vraie mère, une mère tigresse » (SM, p. 146). Ni les différences à valeur sociale (groupe d’origine, profession, genre sexuel, couleur de peau) ni les différences de caractère n’empêchent donc la construc- tion d’une symbiose (toujours incomplète), ici d’une famille.
En fin de compte, les trois histoires se fondent en une seule, chaque voix se muant en l’autre avec une nouvelle identité : Wilson, Léopold et Mama Malkia ne sont plus uniquement un Blanc, un Mulâtre et une Noire, mais un Blanc, un Métis et une Noire privilégiant ce qui leur est fondamental et prenant chez l’autre ce qui est positif et bénéfique à l’épanouissement de tous. Wilson illustre la mue de ces trois voix en une seule quand il ne sait plus distinguer la sienne de celle de Léopold : mais il m’advenait quelque chose d’étrange tandis que je parlais. On eût dit que je traversais un rêve les yeux grands ouverts. Le silence de Léo résonnait de mes mots. Ce n’était plus ma voix que j’entendais, mais la sienne. L’écho semblait reproduire un monologue inversé, ponctué des rumeurs feutrées qui nous cernaient (SM, p. 220 ; voir aussi p. 127).
On est donc passé de la perception des discours de division, diffusés dans la société par des rumeurs stigmatisant et creusant les différences, à l’adoption de préoccupations communes, mais sans préjudice pour des différences désor- mais vécues d’abord comme une polyphonie, puis comme symphonie comme le suggère cette dernière citation.
Mélange des genres littéraires, accueil des langues
Le mixage est tellement devenu le fondement de la vision d’Albert Russo que son écriture romanesque n’échappe pas au mélange des genres, chacun d’eux apportant une touche particulière à l’ensemble. Alors que toutes les ressources de la prose romanesque de la tradition réaliste sont sollicitées pour mettre en situation les différences sur les plans social, culturel, sexuel, reli- gieux, linguistiques, etc., le roman s’ouvre sur un poème évoquant le jaillisse- ment du métissage. L’expression « sang mêlé » en est le refrain :
[...] // sang mêlé // C’est lui qui gicle dans vos veines / Globules rouges, globules blancs ; / De race il n’y a point, / Ni de ces couleurs qu’inventent les esprits aveugles / Car avant, bien avant les théories darwiniennes / En dépit des calamités historiques / De ces maladies collectives et endémiques // LE SANG déjà avait fait son choix / Du rouge vous vous lassez ? / Pauvres philosopheux, tristes leucémiques / Prêtez donc l’oreille au corps, à sa musique / Ces accords intérieurs, heurtés ou merveilleux / Mais où rien jamais ne meurt // sang mêlé (SM, p. 15).
Le sang (sans majuscule à l’initiale : c’est une réalité commune), a donc « déjà fait son choix / du rouge », ce qui renvoie toutes les séparations de couleur au statut d’inventions par des « esprits aveugles ». Mais aussi, on l’aura noté, c’est la musique autant que le corps qui deviennent les espaces où cette unité, ce « commun » du sang se manifeste par des « accords intérieurs ».
Corps et musique sont des notions qui nous entraînent presque naturel- lement vers la question des langues, si l’on veut bien considérer que chaque langue est comme une musique du corps. L’intégration de Wilson à son nouveau milieu passe
dès le début par la connaissance de la langue de l’Autre ; la suite de son aventure congolaise en sera bien entendu facilitée. A. Russo, à l’instar de tant d’écrivains africains qui utilisent une langue européenne, adop- te lui aussi une forme de bilinguisme, mais dans son écriture, puisque le kiswahili abonde dans le texte et fait, selon les éditions, l’objet de notes ou d’un lexique en fin de volume.
Ajoutons que le genre épistolaire est également mis à profit, surtout pour construire et perpétuer les nouvelles identités : sous forme d’épilogue du récit, les lettres que Wilson et Mama Malkia adressent ainsi à Léo, parti en Améri- que pour ses études, affichent nettement cette intimité que les lettres savent rendre. L’un signe : « ton père qui t’aime, Harry » ; l’autre : « celle de qui ni la foudre ni les montagnes ne pourront te séparer » (SM, p. 255, 258).
De l’œuvre romanesque d’Albert Russo, le mélange est donc un aspect essentiel, qu’il s’agisse des langues, des genres littéraires, des expériences artistiques, des groupes humains, des générations et des lieux, ou des genres au sens sexuel : tous ces traits d’écriture construisent, en somme, une poétique du métissage qui est de toute évidence concertée.
Et l’Italie dans tout ça ?
De l’Italie, il n’a guère été question jusqu’ici, sinon pour signaler que l’auteur était issu de ces familles rhodiotes sépharades, au départ italiennes, que les conditions matérielles difficiles, puis la menace que représentaient le fascisme et son allié nazi avaient poussées vers un nouvel exil durant l’entre- deux- guerres, et cette fois vers des terres non italiennes. Harry Wilson n’est d’ailleurs pas Italien, peut-être parce que l’Italie restait associée à cette mémoire douloureuse, mais cette hypothèse, on le verra, s’avère fragile. Pourquoi alors avoir choisi un États- unien ? Une partie de la réponse tient à la logique narrative : du moment que l’auteur voulait envoyer son personnage (comme dans son propre cas) faire des études supérieures en Amérique, faire de son père adoptif un natif de Baltimore dont la sœur serait prête à accueillir son neveu était une manière de donner de la cohérence à son récit. Cette expli- cation par la biographie a ceci d’intéressant qu’elle suggère que Léo Kitoko est une auto-image au moins partielle de l’auteur, mais toute justification par la biographie ne saurait être que partielle et précaire. Reste donc à expliquer autrement le choix d’une nationalité américaine. Cette américanité est sans doute, pour une part, à mettre en rapport avec une identité katangaise, telle qu’elle s’est imaginée, à partir de la Seconde Guerre mondiale et surtout après 1945, comme « carrefour du monde » , détachable au besoin du monde ancien que semblait de plus en plus être la Métropole. La province, où la présence anglaise avait été initialement très importante, s’était certes autant que possible belgifiée avec les grandes socié- tés dites de 1906 (UMHK, CSK, BCK) et le régime colonial proprement dit, mais, par la force des choses, les relations avec l’Afrique australe anglophone n’ont jamais cessé et la Seconde Guerre mondiale les a encore renforcées avec la présence régulière de « troupes britanniques et sud- africaines » en transit, qu’évoque d’ailleurs le roman (SM, p. 151). Sang mêlé parle à une autre repri- se de ces troupes alliées, lorsque Harry Wilson a un amant nommé Craig Butler, un Rhodésien, type même de l’« Africain blanc », complètement affranchi de l’Europe métropolitaine, mais pas pour autant rapproché des populations autochtones. Or, cette liaison ne dure pas, et l’explication qui en est donnée par Harry à la fin du chapitre « La parenthèse rhodésienne » (SM, p. 179 sq.) est tout sauf anecdotique : « Quel abîme pourtant séparait Craig de Tshikapa ou de Mama Malkia ! » : en d’autres mots, ce n’est pas de ce futur- là, de ségrégation, que Harry veut pour l’Afrique : s’unir à Mama Malkia, même s’il ne s’agit pas d’un couple traditionnel, ouvre une tout autre perspective : mettre au monde cet homme nouveau qu’est Kitoko Léo.
Cf. HALEN (P.), « La première revue Jeune- Afrique, ou les ambivalences d'un projet culturel néo- colonial au Congo belge (1947-1960) », in : VIGH (A.), éd., L'Identité culturelle dans les littératures de langue française. Paris : ACCT ; Pécs : Presses de l'Université de Pécs, 1989, 355 p. ; p.203-216.
Songer à l’Amérique, on le sait, peut aussi nous rapprocher de l’Italie où ce rêve a inspiré nombre de départs au 20e siècle. Ce rêve peut donc bien hanter aussi les Italiens d’Élisabethville/Lubumbashi, qui, pour avoir déjà quitté le sol natal une première fois, ne rêvent pas tous d’y revenir, et l’on comprend que cela puisse être en particulier le cas des ex- Rhodiotes dont beaucoup préfèreront la Belgique, ou d’autres pays encore, lorsqu’ils seront à nouveau contraints de vider les lieux. C’est d’ailleurs le cas de la famille d’Albert Russo . Mais on n’en finit pas si facilement avec l’Italie, dont la présence dans Sang mêlé est d’autant plus significative qu’elle n’est que fort peu justifiée par la fiction.
L’Italie apparaît d’abord avec le personnage d’Ishaya Ben-Aharon, alias « Macaroni timide » (SM, p. 60), jeune condisciple et amical compagnon de Léo Kitoko, victime comme lui, à l’école, d’une exclusion de la part des autres garçons. Au cours d’une conversation entre les deux amis, Ishaya explique son origine rhodiote en accablant les « nazis [qui] avaient déporté ses grands- parents » ; comme le narrateur lui demande si les Italiens « n’étaient pas aussi [leurs] ennemis », Ishaya a cette réponse stéréotypée : « les Italiens sont de braves gens, la guerre ne les intéressait pas beaucoup » (SM, p. 66). Comme on le sait, cette expression très répandue : Italiani brava gente, a été discu- 15 tée , mais ce n’est pas le cas ici.Grâce à Ishaya, l’Italie revient un peu plus loin au cours d’une autre conversation entre les garçons. Ceux-ci passent devant ce qui était alors le « Musée de la Vie Indigène », que Léo Kitoko avait déjà visité lorsqu’il était à l’école primaire (une école Montessori, soit dit en passant). Ishaya raconte alors que l’immeuble avait été transformé en prison au moment de la décla- ration de guerre :
Tous les Italiens d’Élisabethville y avaient été rassemblés et séquestrés en tant que prisonniers de guerre. Leurs familles leur rendaient visite chaque jour avec des paniers pleins de bons petits plats mijotés, de boissons, de fruits et de pâtisseries. Prenant cela plutôt à la rigolade, les reclus passaient leur temps à jouer aux cartes et à s’inventer d’autres diverstissements, sous l’œil complice du gardien. Ils avaient même la permis- sion de recevoir leurs amis pour fêter leur anniversaire. Tu te figures un peu le tableau, au milieu des masques baluba ? s’esclaffa Ishaya. Mon père et les autres Juifs italiens réussirent finalement à convaincre les Autorités belges de les laisser rentrer chez eux, plaidant : « Les nazis sont nos ennemis et vous nous considérez comme vos adversaires. Vous voyez bien que c’est ridicule ! ». Grâce à leur insistance, tous les Italiens furent libérés, y compris les Chrétiens. Il n’y a qu’au cinéma qu’on voit des bouffonneries pareilles. Mon père dit que les Belges ne savaient plus quoi faire pour leur rendre la vie agréable. Si toutes les prisons étaient comme cela ! (SM, p. 80-81).
On peut se demander si le personnage d’Ishaya n’a pas été créé surtout pour permettre à l’auteur d’évoquer des souvenirs personnels, familiaux et « com-
 L’auteur a gardé la nationalité belge, mais il n’a jamais vécu lui-même en Belgique où une partie de sa famille s’est néanmoins installée. 
  Voir notamment : DEL BOCA (Angelo), Italiani, brava gente ? : un mito dura a morire Vicenza : Ed. Neri Pozza, coll. I Colibri, 2005, 318 p. 
 
munautaires » italiens. Le fait est que ce passage ressemble fort à un écho de la mémoire familiale de l’auteur. Un écho sans aucun doute héroïsant pour la communauté juive, qui aurait ainsi sauvé les autres Italiens, quand bien même l’Italie ne les avait guère protégés autrefois, ni de la misère ni de la menace qui pesait sur leur vie.  La présence de l’Italie ne s’arrête pas là : le nom du premier associé de Harry Wilson est « Denola », ce qui ne sonne pas particulièrement belge, mais on n’en sait pas plus. Un Docteur « Marini avec son accent italien » (SM, p. 80) intervient plusieurs fois comme médecin de famille. Plus significatif 
encore : Harry et son fils, cherchant un havre de paix pour se dire des choses importantes, vont se promener dans les parterres de fleurs de la « ferme Spandre », un peu à l’extérieur de la ville, qui était tenue par des colons 16 italiens .
L’Italie et les Italiens (dont certains, les ex-Rhodiotes, parlent espagnol) occupent donc une place très importante dans la représentation qu’Albert Russo donne de la ville où, par ailleurs, les personnages congolais sont nombreux, et quant à eux toujours en lien avec l’intérieur du pays. Les Belges y apparaissent finalement beaucoup moins, sinon sous les aspects opposés d’un missionnaire enseignant du type « dur mais juste », qui semble incarner le passé colonial (il s’appelle Kerkhof, c’est-à-dire « cimetière »), et du blond Commissaire Éric Van Pool, un jeune homme présenté comme faible et peu à sa place, qui pourrait être une image des autorités métropolitaines de l’après-guerre dépassées par les réalités.
En somme, une socialité essentiellement plurielle, dont la diversité est comme garantie et illustrée par les Italiens, surtout les ex-rhodiotes. Le modèle colonial est présenté comme dépassé, le modèle rhodésien de l’« Africain blanc » constitue une séduction aussitôt délaissée : il ne reste qu’à conjuguer les deux destinées de Wilson et de Mama Malkia. Le premier, Américain en rupture d’origine, admire le pragmatisme et la solidité d’Ishayah, qui initie Léo à une double mémoire italienne et juive. La seconde, héritière d’une dynastie de chefs africains, garde un lien avec son village, où elle se réjouit d’ailleurs d’avoir laissé grandir une fille issue de son premier mariage.
16 SM, p. 219-220. Il s’agit de la ferme des parents de Mario Spandre, avocat bien connu notamment pour son activité au Katanga à l’époque de la Sécession, et plus tard à Kinshasa comme Conseiller de Moïse Tshombé premier Ministre ; il plaidera ensuite au Barreau de Bruxelles et, entre autres, témoignera devant la « Commission Lumumba ». 
 
Un troisième Belge est Piet, un garçon du même âge que Léo, fils de fermiers flamands qui ont choisi de le scolariser dans une école congolaise en dehors de la ville, donc en  swahili ; voir, dans ce volume, la contribution d’Edoardo Quaretta à propos des écoles salésiennes. L’aisance de Piet en milieu congolais est enviée par Léo, qui est instruit en français. Le résultat de cette conjugaison est une socialité nouvelle : en prenant en charge les destinées de Kitoko Léo qui, en tant que bâtard orphelin, aurait pu représenter les échecs et les impasses du régime colonial, Harry Wilson et Mama Malkia lui ouvrent en quelque sorte un avenir à la fois moderne et métis. C’est qu’il est pour eux « l’homme de demain » (SM, p. 144), tout en portant le nom d’un ancêtre africain fameux, le grand-père de Mama Malkia

Un contenu symbolique... pour conclure
Exercice de figuration, le roman permet la symbolisation : non pas une sorte d’allégorie abstraite, mais un narratif à haute charge symbolique. Sang mêlé figure ainsi la rencontre des cultures non comme un « choc de civili- sations », mais, sans s’aveugler sur la violence toujours possible, sous le signe d’un métissage qui recommande d’être « le produit non pas d’une culture mais de plusieurs cultures, multiples facettes d’un même diamant »
Le discours d’Albert Russo est clair : la neutralisation des différences installe une dynamique d’apaisement et condamne la culture des préjugés. Au lieu d’être l’objet du regard discriminatoire, l’Autre doit plutôt être le miroir par lequel nous nous réalisons dans une nouvelle identité. C’est la meilleure manière de « mettre à profit la diversité culturelle croissante de nos sociétés, la dynamique inhérente à chaque culture, et [de] créer des synergies pour inventer de nouvelles façons de vivre ensemble et d’organiser la commu- nauté »

Même profession de foi chez Wilson : les gens se prétendent modernes, alors qu’au fond d’eux-mêmes, ils sont pathétiquement rétrogrades. Ils voient le métis, le juif, l’hindou et ils ne perçoivent pas l’être humain. C’est dans le brassage des cultures, dans les mélanges de races, que repose notre avenir (SM, p. 144).
Une telle position dans le discours contemporain semble bien entendu indissociable du modèle que représente la collectivité italienne de ces Juifs rhodiotes devenus Katangais, et se situant ainsi au « carrefour du monde », comme d’aucuns se voyaient déjà, sur place, dans les années 1950. Une « glo- calité » avant l’heure, peut-être, dont on notera qu’elle a été permise par la conjonction de plusieurs marginalités relatives. Dans le roman, Wilson, immi- gré américain, est surtout une figure de l’internationalité, une figure isomor- phe, en somme, à celle des Italiens en Afrique, pas tout à fait « chez eux » dans des pays dont les métropoles n’étaient pas italiennes. Le métis Léo est, dans ce contexte, légèrement extérieur lui aussi aux groupes majoritaires,
Même si le roman n’en parle aucunement, le lecteur ne peut s’empêcher de faire le rapprochement entre son nom et celui de Léopold II. À noter qu’Harry Wilson meurt assassiné par les troupes de l’ONU alors qu’il est sorti de chez lui pour aller dans une pharmacie chercher des médicaments pour Mama Malkia : il incarne ainsi, presque en martyr, la fin du modèle « katangais ». comme l’est Wilson par la sexualité, comme l’est Mama Malkia par son enga- gement dans une famille peu conforme à la tradition. Comme l’est ce français truffé de swahili, ou encore ce roman placé à l’enseigne d’un poème. 



CONTINUATION OF THE VISIT / SUITE DE LA VISITE

GO UP / REMONTER VERS LE HAUT